Réseau modulaire
(1987-2002)

         Un réseau modulaire est un réseau ferroviaire miniature de dimensions variables et en principe facilement démontable et transportable. Le réseau est découpé en plusieurs modules
ayant des thématiques différentes : scènes industrielles, urbaines ou rurales par exemple.

La conception d'un module doit respecter des normes strictes de construction,

d’électrification et de disposition des voies afin de faciliter le transport

et le raccordement aux autres modules selon un ordre prédéfinie ou non.

QUELQUES MOTS SUR LE RÉSEAU

          À la fin des années 80, depuis quelques années déjà, l’AMFM détenait conjointement avec quelques membres, un réseau modulaire à l’échelle HO (1:87) dont la date de sa première sortie nous est inconnue.

 

Ce réseau modulaire était assemblé dans le cadre des activités promotionnelles de l’Association tenues dans les centres commerciaux, les expositions ou lors d’évènements commandités : au musée ferroviaire Exporail ou à l'Exposition de trains miniatures de l'organisme sans but lucratif de Jeunesse au Soleil par exemple.

Dans le cadre de leurs journées commémoratives respectives, l'AMFM a aussi été sollicitée par le Canadien Pacifique et le Canadien National pour y exposer son réseau modulaire.  À deux occasions, aux ateliers Côte St-Luc et à la gare Windsor, pour le CP et une seule fois aux ateliers de la cour Taschereau pour le CN.

 

Pratiquement toujours de forme rectangulaire, les dimensions du réseau modulaire de l'Association variaient selon l’endroit où il était exposé. Il fonctionnait sous courant continu (DC) avec un système de contrôle analogique sans-fil de type WalkAround. Les aiguillages, peu nombreux, étaient actionnés manuellement.

 

Pour maintenir l'intérêt des visiteurs, le réseau avait été conçu de manière à ce que deux trains puissent continuellement y circuler dans le même sens, à contresens ou occasionnellement permettre à un train d'en doubler un autre.

 

Les modules de ce premier réseau, bien qu'efficaces pour la circulation en continu des trains, formaient un ensemble plutôt disparate et leur assemblage manquait de rigidité.

 

On repart à neuf...

         

         Au début des années 90, tous les modules furent refaits à neuf en respectant des normes de construction et de raccordement plus strictes, à savoir :

 

  • Construction d'une structure complètement démontable bâtie en contreplaqué de ¾ de pouce incluant des pattes, entretoises et cadres munis d’encoches pour permettre un assemblage à la fois rapide, rigide et précis des modules. 

  • Construction d'une toile de fond soignée ( Backdrop ) et d'une façade rigide en Plexiglas : solution efficace pour contrer les mains baladeuses de certains visiteurs !

  • Confection de rideaux de dimensions et de couleur uniforme, afin de cacher adéquatement l’ossature et les pattes des modules, et munis d'un ruban auto-agrippant Velcro pour faciliter leur pose et leur retrait.

 

  • Construction de caissons de protection pouvant contenir chacun deux modules pour faciliter leur entreposage et permettre leur déplacement sécuritaire.

 

  • Construction de grands chariots destinés au transport des pattes, poutrelles, outils et autres accessoires.

 

De plus, les membres participants avaient été invités à soigner le décor de leur module. Certains réalisèrent de merveilleuses scènes de ville et rurales très détaillées - voir les photos ci-contre.

 

L’ensemble s’est révélé très robuste et facile à assembler mais hélas très lourd et très pénible à déménager. Leur poids se faisait sentir surtout lors du retour au local d’entreposage lorsqu’il fallait gravir les vingt marches pour s’y rendre !

 

Pour remédier à la réticence de plus en plus de membres à participer aux sorties, l’Association décida donc de faciliter la manipulation des modules en « squattant » un local au rez-de-chaussée de la bâtisse du Canadien National sous son réseau principal, le Canada Central. Ce local était assez grand pour entreposer tous les modules des membres et tout autant pour les assembler en réseau afin d'en faire l’entretien et les vérifications d’usage avant une sortie.

 

À l'été 1999, sollicitée par la Ville de Montréal, l'Association assembla son réseau modulaire pour une dernière sortie dans une tente au Parc Bellerive. L’année suivante, l’Association dut décliner la même invitation faute de volontaires pour y participer.

 

Une fin en deux temps !

 

     En octobre 2000, à la demande du Canadien National, l'Association dut libérer le local « squatté » du rez-de chaussée. Les grands travaux de redéploiement de son réseau principal du Canada Central étaient en construction et occupait le temps de tous les membres - voir les sections Rationalisation et Redéploiement de la page Historique. L’intérêt pour le réseau modulaire n’y étant plus, les membres qui possédaient des modules ont été invités à les récupérer mais l’Association conserva les quatre modules de coin, leurs pattes, leurs caissons de protection et les deux chariots.

 

Les modules de coin ont fait une dernière sortie en 2002 à l’occasion du tournage d’une scène de film, à Montréal, dans les studios d’une compagnie cinématographique. Malheureusement la scène fut coupée au montage !

 

Les modules furent entreposés quelque temps encore avant d’être finalement démantelés : le compte rendu de la réunion de février 2004 fait mention que l’Association ne possède plus de module.

 

Seuls témoins de cette époque : les deux grands chariots qui servent toujours au transport de matériel lourd ainsi qu’un ensemble de quatre pattes qui soutient maintenant une table de découpe pour les travaux de menuiserie.

Réseau modulaire vertical (2) - jpeg.jpg

SCHÉMA DU RÉSEAU MODULAIRE

DE L'AMFM - Échelle HO 1:87

 

         Ce réseau était normalement composé de quatorze modules de 2 pi x 4 pi auxquels s’ajoutaient quatre modules de coin, ce qui lui donnait une dimension de 16 pi x 28 pi. Au besoin, le réseau pouvait compter plus ou moins de modules selon l'espace disponible dans les salles où il était exposé. Seuls les modules de coin appartenaient à l’Association, les autres étaient fournis par des membres.

 

LA COUR DE MISE EN SCÈNE Fiddle yard )  - en rouge sur le schéma

La cour de mise en scène était une tablette sur laquelle était déposé un assemblage d'aiguillages et de voies ferrées parallèles dont chaque extrémité était reliée à un module doté d'un embranchement vers la toile de fond. 

 

Installée dans la partie centrale du réseau modulaire et cachée à la vue des visiteurs, c'est à partir de cette cour que sont assemblés ou retirés les trains qui commencent ou terminent leur parcours sur le réseau modulaire.

 

Pour maximiser sa longueur, elle est adossée aux modules sur l'un des deux côtés le plus long du réseau.

Modules AMFM0001.jpg

Photo Série de modules assemblés
Eric Christensen tient la manette sans fil dans ses mains pour contrôler le train de marchandises alors que Robert O'Shaughnessy surveille la manoeuvre.

L'ossature et les pattes sont dissimulées par des rideaux retenus par des languettes Velcro.

Modules AMFM0002_edited.jpg

Photo Module de coin

La locomotive à vapeur Northern 4-8-4 du New York Central amorce son virage sur un module de coin. On distingue bien sur la photo les protecteurs de Plexiglas dont les coins ont été arrondis pour éviter les blessures.

Modules AMFM0003_edited.jpg

Photo Scène « Western »
Une locomotive à vapeur d'époque American ou General 4-4-0 vient d'entrer dans le village. Appréciez le souci du détail, rien n'y manque pour rendre cette scène très réaliste : l'église et son cimetière, l'hôtel et son saloon, le magasin général, l'étable, l'écurie et les nombreuses figurines d'animaux et de personnages, la gare...

Modules AMFM0005_edited.jpg

Photo Scène forestière
Un embranchement de la voie principale dessert un moulin à scie, ce qui permet à l'opérateur de pratiquer des manœuvres. Cette voie, parallèle aux voies principales, sert en plus de voie de desserte, de voie de garage ou d'évitement.

 
Un souci du détail !
Modules AMFM0004_edited.jpg
Modules AMFM0004_edited.jpg
Modules AMFM0004_edited.jpg

SCÈNE URBAINE réalisée par Guy Brunelle 
 

Guy Brunelle était un maquettiste hors pair. L'Association lui devait des mises en scène très soignées dont le réalisme était époustouflant et ce, tant sur le réseau modulaire que celui permanent du Canada Central. Au fil des ans, plusieurs de ses réalisations ont été intégrées au décor des réseaux de l'AMFM ; certaines le seront encore sur le réseau Drolet.

Pour aménager une scène plus imposante, il était possible de la concevoir sur plus d'un module comme le montre cette photo ; ce qui n'empêchait pas de les assembler séparément en d'autres occasions. On devine où se situe la démarcation entre les deux modules par l'inclinaison différente à la jonction des panneaux de la toile de fond. La locomotive Diesel électrique de la série F du Canadien Pacifique, à la tête du convoi de marchandises, vient tout juste d'entrer dans le deuxième module.

 

Un miroir sert de toile de fond ce qui permet d'admirer les façades des immeubles et l'animation sur la rue principale tout en créant un effet de perspective.

Sur le premier médaillon

Remarquez la minutie apportée à la construction du balcon et la présence de la corde à linge et des fils électriques.  L'aiguillage devant la locomotive permet de rejoindre la cour de mise en scène (fiddle yard ) - voir le schéma ci-haut.

Sur le deuxième médaillon

Les toits des édifices n'ont pas été oubliés. Remarquez-y le puits de lumière, les évents, les traces laissées par l'assèchement des flaques d'eau,

la cabane d'accès au toit...